Élite Algérienne Libre (E. A . L.) الطليعة الجزائرية الحرِّة

Pour que vive la liberté

Une politique culturelle d’un régime dictatorial se confirme de plus en plus

Classé dans : Non classé — 16 novembre, 2008 @ 21:37

Le ministère de la Culture annexe le théâtre de Skikda : au suivant… !!!

Une politique culturelle d’un régime dictatorial se confirme de plus en plus skikda16

Les élus de l’APC de Skikda, après avoir voté en août dernier à l’unanimité contre la demande du ministère de la Culture de lui céder le théâtre municipal, viennent finalement de donner leur accord pour que le ministère contrôle cette institution, symbole culturel et architectural de toute une ville. C’est le Wali qui a adressé une lettre signifiant aux élus d’organiser une session « extraordinaire » pour voter « oui » sinon …. il leur coupe le robinet!!!

Ainsi, le ministère de la Culture continue sa politique culturelle totalitariste qui veut contrôler toute activité culturelle dans le pays.

Après avoir « nationalisé » l’ensemble des festivals phares de la scène artistique et culturelle algérienne, à l’instar du festival du Rai dont nous connaissons le sort aujourd’hui, la ministre s’attaque maintenant aux structures locales pour les contrôler et ainsi diffuser l’idéologie d’un pouvoir monarchique. 

Dans les pays démocratiques, les structures locales sont régies par des statuts associatifs pour permettre à l’art de s’exprimer librement. Chez nous, l’Etat veut tout contrôler…Où va l’Algérie ?

 Nous continuons à partir de cette tribune de dénoncer le silence complice des intellectuels.

Salima Saada

2 commentaires »

  1. mouats hafid dit :

    Salut Salima,

    Bravo pour votre courage et votre prise de position sur cette spoliation. A skikda, il y a ceux qui avaient applaudi et d’autres se sont peinés, comme moi. Je suis convincu que le musicien amateur que je suis n’aura plus l’occasion de se produire dans ce joli théâtre. En 1963 j’ai chanté dans ce théâtre en chorale avec les Scouts, jétait très heureux que cette merveille soit ouverte enfin aux Algériens libres.

    Hélas, c’est une autre époque et une autre façon de marginaliser le peuple par une telle décision qui favorise maintenant la culture officielle dictée dans les salons d’Alger.

    Quant aux artistes de Skikda, je dirais qu’il est trôt tard de réagir, la trahison est une monnaie courante. Que peut faire notre élu Maire M Ghanei Farhat, lui qui est un dramaturge.

    Je souhaite que les décideurs de haut niveau nous donne la preuve du contaire. C’est à dire sauvegarder les acquits de la culture polulaire et les produits culturels émanants du génie populaire.

    Rendez nous notre théâtre ou faites mieux que le théâtre communal. Réputé pour avoir continué à activer dans les années difficiles.

    Mouats Hafid, musicien de Skikda.

  2. Monsieur Mouats,

    Le rapprochement que vous avez fait entre la colonisation française et cette nouvelle colonisation appuie mon article sur la nouvelle forme de colonisation pratiquée par le pouvoir actuel.
    Honte aux intellectuels et artistes de Skikda qui n’ont pas manifesté contre cette spoliation pratiquée contre toute une ville. Ils vont de toutes les façons bientôt se mordre les doigts quand ils vont voir débarquer une administration étrangère à la ville avec un personnel qui fait du sérail du Roi tout puissant. Ils seront étrangers dans leur propre théâtre, comme leurs parents et grands parents l’étaient avant 1962.

Flux RSS des commentaires de cet article.

Laisser un commentaire

 

Parti Ouvrier Indépendant :... |
Vivre Villerupt Autrement |
meimou |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | va95
| Brèves de canapé
| Aequalis